À propos

Ce carnet de recherche se veut le prolongement des réflexions échangées au cours du séminaire mensuel « Violences de masse : enquêter par l’intime. Sources, méthodes, épistémologie », animé à l’EHESS depuis mars 2017 par Anouche Kunth et Chowra Makaremi. Interdisciplinaire, le séminaire entend réfléchir à l’apport heuristique d’une démarche indiciaire, visant à aborder les génocides et violences extrêmes depuis leur retentissement sur les vies individuelles. Penser à hauteur du sujet violenté conduit, en effet, à capter l’onde de choc par laquelle la persécution continue à se dilater dans le temps. Rêves et troubles de la psychè sont quelques-uns des ces lieux de l’intime où se tapissent durablement les effets d’un passé terrorisant. Il n’est jusqu’au silence, aux douleurs muettes, qui n’intéressent le chercheur en sciences sociales pour leur capacité cognitive. Ces objets en fuite, rarement consignés dans l’archive, invitent à concevoir une phénoménologie de la violence étatique, non sans questionner les approches méthodologiques à privilégier. Trois grandes thématiques charpentent plus spécifiquement les séances du séminaire : l’image comme modalité d’écriture et d’enquête ; la famille (destruction, survie, survivance) ; la vie psychique (rêves et troubles de la psyché). Les participants du séminaire sont invités à publier dans ce carnet comptes rendus de séance, notes de lecture, commentaires d’œuvres littéraires, photographiques, cinématographiques, etc. 

9 novembre 2018 : Introduction par Anouche Kunth, historienne (CNRS, IRIS-EHESS), et Chowra Makaremi, anthropologue (CNRS, IRIS-EHESS), « Violence et lien filial »

14 décembre 2018 : Chowra Makaremi, « Explorer les frontières : l’écriture documentaire »

11 janvier 2019 : Karima Lazali, psychologue clinicienne et psychanalyste, auteur du Trauma colonial. Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l’oppression coloniale en Algérie, Paris, La Découverte, 2018. Discussion : Giulia Fabbiano, anthropologue (Paris 1, CHS).

8 février 2019 : Déborah Laks, historienne de l’art (Centre d’Histoire de Sciences po), auteur de Des déchets pour mémoire. L’utilisation de matériaux de récupération par les nouveaux réalistes (1955-1975), Paris, Les Presses du Réel, 2017.

8 mars 2019 : Romain Huet, sciences de la communication (Rennes 2), « Vers une théorie de la subjectivité en temps de guerre : réflexions à partir du terrain syrien » (titre provisoire). Discussion : Léa Kalaora, psychologie (Paris 7).

12 avril 2019 : Carolina Kobelinsky, anthropologue (CNRS, LESC), « Les morts aux frontières de l’Europe ».

17 mai 2019 : Autour d’Émilienne Mukansoro, psychothérapeute rwandaise.

13 juin 2019 : Attention, séance décalée au jeudi, de 9h30 à 13h, amphithéâtre Furet, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris. Séance commune avec le séminaire « Le passé au présent » (M2 Histoire), autour du film de Ruth Zylberman, « Les enfants du 209 rue Saint-Maur », en présence de la réalisatrice et de Claire Zalc historienne (CNRS et EHESS, IHMC/CRH).

PROGRAMME 2017-2018

10 novembre 2017 : Introduction, par Anouche Kunth et Chowra Makaremi (CNRS, IRIS-EHESS)

8 décembre 2017 : Bahar Majdzadeh (Panthéon-Sorbonne Paris 1, UFR d’arts plastiques), « Face à une fosse commune : photographies de famille (Iran 1988) ».

12 janvier 2018 : Claire Mouradian (CNRS, CERCEC-EHESS), « S’écrire pendant le génocide des Arméniens : lettres de famille »

9 février 2018 : Martine Leibovici (Paris Diderot-Paris 7, UFR de sciences sociales-LCSP), « Rêves et terreur diffuse : retour sur le travail de Charlotte Beradt »

9 mars 2018 : Laetitia Tura et Pascaline Marre (photographes), « Écritures photographiques et parcours de la mémoire (guerre d’Espagne, génocide des Arméniens) »

13 avril 2018 : Hélène Dumas (CNRS, IHTP), « Les expériences enfantines du génocide des Tutsi du Rwanda » 

11 mai 2018 : Chowra Makaremi (CNRS, IRIS-EHESS) et  Romain Hüet (Université de Rennes), « Mener l’enquête »

8 juin 2018 : Anouche Kunth (CNRS, IRIS-EHESS), « Les territoires de la maladie : l’historien des violences génocidaires face au sujet souffrant »